Budget communal 2018

Budget 2018 : les fruits d’une gestion saine

Stabilité, maîtrise des dépenses et poursuite des investissements seront les maîtres-mots du Budget du Pradet pour 2018. En effet, après une chute régulière et plus que substantielle, la Dotation de l’Etat à la commune (DGF) ~ qui est passée de 2 500 000 € à près de 1 200 000, soit plus de 50 % ! ~ s’est stabilisée.
De fait, en 2018, contrairement à ce qui se passe dans de très nombreuses communes, la gestion de « bon père de famille » pratiquée depuis 3 ans portera ses fruits et permettra le maintien des taux d’imposition au même niveau qu’en 2017.

Pourtant les conséquences de l’application de la Loi Solidarité et Renouvellement Urbain (SRU) auraient pu s’avérer dramatiques et imposer au Pradet des coupes drastiques dans la réalisation de ses projets et dans sa politique d’investissement au profit de la qualité et du maintien du cadre de vie de ses habitants. La loi SRU oblige les communes à atteindre un taux de 25 % de logements sociaux d’ici 2025, tout en leur imposant des pénalités financières calculées sur le nombre de logements manquants pour atteindre ledit objectif. Ce qui se chiffrera pour le Pradet par une pénalité de près de 300 000 € !

Pourtant de nombreux facteurs rendent impossible cette politique de construction pour notre ville, comme la très forte pression foncière, les contraintes environnementales portées aussi et
paradoxalement par l’Etat (zones rouges, rattachement au Parc National de Port Cros, loi littoral…) ou la présence sur le territoire pradétan d’une agriculture qualitative et reconnue. Ce hiatus imposé par l’Etat nous imposerait la construction de 80 à 100 % de logements sociaux sur l’ensemble des constructions prévues sur notre territoire. Ce à quoi nous nous refusons. Toutefois, il convient de souligner que, pour répondre aux besoins de sa population, notre ville a validé la création de 132 logements sociaux sur la dernière période triennale, soit les trois quarts des 174 exigés en construction neuve.

Dans un même ordre d’idée, la dette a été ramenée à 11 %, ce qui la maintiendra et demeurera à un niveau raisonnable et tout à fait supportable pour les Pradétans. La gestion saine des fonds publics permet en effet à notre ville de figurer parmi les communes les moins endettées par habitant (720 € pour une moyenne nationale de 918 € !). Sans pour autant perdre de vue l’amélioration constante de la qualité de notre cadre de vie.

 

Votre navigateur est dépassé !

Mettez à jour votre navigateur pour voir ce site internet correctement. Mettre à jour mon navigateur

×