Urbanisme : La maîtrise avant tout

Vous avez été sensibles à l’engagement de l’équipe municipale pour l’amélioration du cadre de vie dans notre commune pour lequel nous continuons le combat. L’émergence de nouveaux chantiers de construction donne lieu à des questionnements, auxquels il est important de répondre.

Lors du changement d’exécutif en 2014, il a été constaté que des programmes avaient été engagés par la précédente équipe municipale :

  • Espace Latty : 27 logements sociaux accordés sur l’emplacement de l’ancien parking (livré en 2014), Terres Radieuses de l’Artaude : 99 logements dont 16 sociaux (livré en 2014),
  • Artaude : 2 lotissements soit 16 villas (en cours de réalisation),
  • Pin de galle : 24 logements dont 8 sociaux (modifié en 12 villas),
  • La Foux : nouveau quartier de 400 logements dont 130 logements sociaux (projet attaqué et annulé par décision municipale),
  • Le Clos Jardin : 62 logements dont 23 sociaux (livré en 2016),
  • La Posidonie (quartier de l’Espérance face au Victoria) : 24 logements sociaux (projet annulé par décision municipale),
  • La Bayette : projet de 123 logements dont 53 sociaux par EPF/TPM dans le cadre de l’emplacement réservé du PLU 2011 (en cours de réalisation).
  • Le Baguier : 104 logements dont 28 sociaux, (projet attaqué et annulé par décision municipale).

Soit un total de 879 logements au programme de la précédente mandature ! Sur ces 879 logements, 540 ont été annulés, 204 livrés et 135 toujours en cours de construction.

Notre commune peut-elle accepter autant de nouveaux logements et continuer à construire ?

Ces projets sont d’autant plus inadaptés qu’ils ne tiennent pas compte des spécificités de notre territoire :

  • Un massif forestier important, une plaine inondable, une frange littorale verte et des espaces agricoles à préserver, laissent peu de place à l’extension urbaine. Il faudra donc privilégier le renouvellement dans la zone urbaine existante tout en limitant son extension et en veillant de ne pas rompre l’harmonie des sites.
  • Un réseau routier saturé : en effet notre commune, non située sur les axes majeurs de l’aire Toulonnaise conservera encore longtemps, la voiture comme moyen de déplacement privilégié. L’enquête de circulation en cours signale un réseau déjà saturé n’acceptant probablement plus de nouveaux véhicules sur certains secteurs, sans oublier les conséquences urbanistiques des communes avoisinantes dont les flux transitent par le Pradet.
  • Enfin, les nouvelles règles hydrauliques sur les bassins versants du plan vont limiter l’imperméabilisation des sols et par conséquence, les constructions importantes.

Toutes ces contraintes nous obligent donc à la prudence et à une réflexion plus stratégique. Aujourd’hui, nous avons étudié et accordé les réalisations suivantes :

  • 19 logements au lotissement Les Bruyères (quartier Artaude)
  • 34 logements sociaux au Pin de Galle (sur emplacement réservé du PLU 2011)
  • 60 logements sur l’avenue Le Leap dont 30 sociaux (sous réserve des études hydrauliques et de circulation)

Afin de mieux gérer les projets privés qui peuvent encore être déposés sur la base du PLU de 2011 et de la loi ALUR, nous avons lancé une révision générale de ce PLU. Les nouvelles règles qui en découleront viseront à protéger les espaces et la vie des habitants, conformément aux engagements de l’équipe municipale.

Avant chaque projet, il conviendra désormais de se poser les bonnes questions :

  • Niveau d’intégration dans l’architecture générale et l’environnement (respect des vues, de l’ensoleillement, accès sécurisés),
  • Nombre de véhicules à stationner et cheminements,
  • Prévention des risques naturels,
  • Identification des équipements publics nécessaires aux projets afin qu’ils soient financés par les aménageurs et non plus sur les deniers publics.

Parallèlement, nous avons lancé une stratégie de maîtrise sur le devenir des espaces constructibles notamment en centre-ville au moyen d’acquisitions foncières par la commune. Les zones concernées feront l’objet d’études et de consultations directes de la population, puis d’appels à projets.

Les CIL seront invités à participer à la définition de la cartographie future du Pradet.

La municipalité conserve le cap sur lequel elle s’est engagée : “redonner une vision équilibrée et paisible de notre commune, favoriser des constructions intégrées dans le paysage, promouvoir l’architecture provençale”.

Votre navigateur est dépassé !

Mettez à jour votre navigateur pour voir ce site internet correctement. Mettre à jour mon navigateur

×